Trophées 813 – Romans francophones [2] : La daronne

La daronne, de Hannelore Cayre, paru l’an dernier dans la collection Métailié Noir, aux éditions Métailié est l’un des cinq romans sélectionnés pour le second tour des trophées 813 dans la catégorie « romans et nouvelles francophones ».

Mais que sont les trophées 813, comment ça marche? Je vous ai tout expliqué dans cet article de présentation.

Retrouvez les chroniques des autres livres sélectionnés grâce au mot clé Trophées 813.

 

Ma claque littéraire de l’année 2018 pour l’instant. En 2017, La daronne a reçu le prestigieux grand prix de littérature policière, le prix Le Point du polar européen, le prix des lecteurs Quais du polar… Ça ne veut rien dire, mais ce n’est peut-être pas pour rien.

La daronne est une veuve quinquagénaire, mère de deux gosses, traductrice-interprète judiciaire et, qui plus est, en couple avec un commandant des stups. Accessoirement, elle se trouve à la tête d’un immense trafic de cannabis. Je ne spoile rien, c’est même écrit sur le quatrième de couverture.

Entre la mère juive, les petits dealers de quartier, le grand banditisme… Il y a dans ce roman tous les personnages clés pour aligner les clichés tristes et les poncifs éculés. Il n’en sera pourtant rien. Tous les personnages sont parfaits, de la narratrices à ceux qu’on ne croise qu’à peine. Hannelore Cayre réussit le tour de main d’à la fois les faire réalistes et incroyables, tout le contraire des clichés qui sont à la fois sans aspérité et sans être réalistes pour autant.

Le style est super agréable à lire, le livre est drôle, mais dans le même temps on se prend vraiment aux aventures racontées qui ne servent pas que d’alibi à blablater. Le rythme est soutenu mais jamais précipité, l’autrice prend le temps pour des descriptions très évocatrices et surtout pour des remarques, comme en passant, mais qui mises bout à bout passent l’ensemble de la société à l’acide sulfurique.

La vérité, c’est qu’avec quelques mois de recul, je serai incapable de trouver une critique négative à faire de ce roman sans le relire et le disséquer ligne par ligne.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s